« La salle de l’exode »

Juste à côté, nous pouvons voir une installation de Rudolf Leitner-Gründberg, appelée « La salle de l’exode », un lieu de recueillement. Au centre, se trouve un coffret en bois brisé dont l’intérieur doré est vide. C’est un symbole qui indique que la vie musicale viennoise ne s’est jamais remise de la déportation et du meurtre de nombreux compositeurs commis par les Nazis. Tout ce que contenait ce coffret d’or a disparu, détruit et éparpillé aux quatre vents.