Le laboratoire de la perception

Sur les six terminaux interactifs à écran tactile, vous avez à présent la possibilité de réaliser vous-même des expériences. Mettez les écouteurs et touchez l’écran du doigt. Sélectionnez une langue. En bas à droite de l’écran, vous pouvez régler le volume sonore.

Mur lumineux

Sur le grand mur lumineux - en face des six terminaux - les phénomènes auditifs sont visibles et audibles. Des mots apparaissent dans un ordre sans cesse différent, et forment un réseau de champs lexicaux.

1er terminal – la hauteur d’un son

Ce qui a été précédemment esquissé avec les tubes de fréquences peut être testé ici par soi-même. La fréquence correspond au nombre de répétitions des ondes par seconde. L’unité de mesure de la fréquence est le Hertz (Hz). Lorsque la fréquence augmente, la hauteur du son augmente aussi. Les capacités auditives humaines sont limitées vers le haut comme vers le bas et la plage de sons audibles est comprise entre 16 et 20 000 Hertz - avec des variations individuelles, et sachant qu’avec l’âge, on perçoit moins bien les fréquences élevées.

2ème terminal – le niveau sonore

Les ondes mettent en mouvement les molécules d’air. Plus l’intensité d’une onde est élevée, plus les molécules sont déviées de leur point de repos. Pour définir le niveau sonore, on se réfère habituellement à l’amplitude de la pression ; l’unité de mesure utilisée ici est le décibel (dB). Le seuil inférieur d’audibilité se situe entre 0 dB et 1 dB, et le seuil supérieur est de 130 dB, c’est-à-dire le seuil de la douleur chez l’homme. Un son dépassant 80 dB est considéré par la plupart des gens comme du bruit et peut occasionner des dommages irréversibles à l’oreille.

3ème terminal – la perception de l’espace

Des promenades virtuelles à l’intérieur de pyramides, de billes, d’une salle de concert et de montagnes montrent les différents aspects acoustiques de ces divers endroits. Vous vous appropriez ces espaces par le son de sa propre voix.

4ème terminal – la gamme de Shepard

La gamme de Shepard, qui porte le nom du psychologue américain Roger Shepard, est une gamme chromatique de sons sans début ni fin. L’impression d’entendre une échelle de sons qui progresse indéfiniment naît de l’émission de quatre gammes parallèles sur quatre octaves différentes. Lorsque la quatrième gamme se rapproche de l’octave la plus haute, elle disparaît progressivement, tandis que la première gamme, elle, sonne dans l’octave la plus basse.

5ème terminal – les sons virtuels

L’émission simultanée de plusieurs signaux sinusoïdaux génère des « sons fantômes » dans l’oreille. On se rend ainsi compte à quel point notre réalité « objective » est une reconstruction de notre perception subjective.

6ème terminal – la dilatation du temps

Il s’agit d’un phénomène d’auto-persuasion où les sens sont mis sur une fausse piste puis remis sur le droit chemin.